4 Partenaires

Pour relever ces défis technologiques le consortium s’appuiera sur l’expérience et les complémentarités du LERM (béton armé) et d’A-corros (ouvrages métalliques) dans le domaine du diagnostic corrosion, du LMDC pour son expertise sur les matériaux du génie civil et d’EDF dans son rôle de Maître d’Ouvrage apportera son retour d’expérience et ses attentes, ainsi que son savoir-faire sur le développement des méthodes.

Présentation :

 

Deux unités d’EDF sont impliquées dans le projet. Le département Simulation et Traitement de l’information pour l’Exploitation des systèmes de Production (STEP) est un des 19 départements d’EDF R&D. Il a pour mission d’aider l’exploitant des moyens de production du Groupe EDF (nucléaire, thermique à flamme, hydraulique, ENR...). Il l’accompagne dans la conduite, la surveillance et le maintien des installations existantes et à venir, en prenant en compte le cadre réglementaire évolutif en termes de sûreté et d’environnement. Pour atteindre ses objectifs, le département STEP mobilise des compétences dont le développement de mesure physique.  Par ailleurs, le CEIDRE est une unité d’expertise spécialisée dans le domaine des matériaux,

incluant la chimie des circuits et ses liens avec l’environnement. Il réalise des activités d’études, d’inspection et de laboratoire. Parmi ses missions, le CEIDRE apporte son appui de la conception à l’exploitation des ouvrages de Génie Civil des unités de production. Il participe au suivi du vieillissement des matériaux et traitement des pathologies.

​​Expertise :

 

EDF mène des travaux de recherche afin d’améliorer les outils de diagnostic des ouvrages de génie civil et coordonne des prestations d’auscultation. Dans le cadre de son activité de recherche, une sonde de mesure de la résistance de polarisation a été développée à travers le financement d’une thèse CIFRE avec le LMDC (partenaire du projet). Cette sonde améliore la prédiction des cinétiques de corrosion mais reste à industrialiser pour être utilisées in situ (objet du projet).

Stratégie :

 

L’optimisation de la maintenance des ouvrages de Génie Civil en béton est une préoccupation majeure pour les maîtres d’ouvrage et les exploitants et en particulier pour EDF. L’une des clés pour

atteindre, voire rallonger la durée de service des structures prévue à leur conception, est la surveillance des phénomènes de vieillissement (prévisibles et/ou pathologiques). EDF  a  mis  en  place  depuis  plusieurs  dizaines  d’années,  des  procédures formalisées  pour  la  surveillance  de  son  patrimoine  d’ouvrages  de  production  d’énergie  (nucléaire, hydraulique).

Ces ouvrages peuvent être affectés de différentes pathologies de vieillissement (corrosion des câbles et armatures, gonflement du béton, fluage, fissuration). Les pathologies activées sont différentes d’un ouvrage à l’autre, du fait de la variété des propriétés matériaux (un millier de formulations de béton différentes) et des sollicitations auxquelles les ouvrages sont soumis (environnement climatique et chimique, chargement mécanique). Un programme de surveillance et de maintenance préventive est mis en place sur l’ensemble du parc de production. Pour mener à bien ce programme, EDF s’appuie sur un réseau de partenariats et de prestataires afin d’évaluer la santé de ces ouvrages.


Ce projet contribuera à faire progresser les outils de diagnostic, en particulier les méthodes de Monitoring et de Contrôle Non Destructif (corrosion, teneur en eau, caractérisation des attaques chimiques du béton) et les méthodologies d’inspection des ouvrages. De plus, ce projet est un moyen de valoriser les travaux de recherche réalisés en collaboration avec le LMDC et EDF R&D ; l’objectif étant de pouvoir disposer, sur le marché, d’un dispositif d’inspection et de suivi d’un certain nombre de phénomènes de vieillissement (corrosion, teneur en eau, etc.).

Rôle dans le projet

EDF jouera le rôle d’end-user en mettant à disposition du projet, des ouvrages de génie civil sur lesquels il sera possible d’effectuer des essais de diagnostic avec les dispositifs développés dans le cadre du projet. Au niveau de la R&D, EDF mettra à disposition son savoir-faire sur le développement des méthodes électriques notamment pour la mesure de teneur en eau du béton.